3 techniques pour fabriquer son savon au chaudron

techniques fabrication savon au chaudron

C’est peut-être une vue de mon esprit (mais on serait dans ce cas vraiment nombreux à avoir la même vue 😅), mais je trouve les savons au chaudron beaucoup plus doux que les savons saponifiés à froid.

Et ce que je trouve génial, c’est que les savons au chaudron (en anglais Hot Process Soap) permettent :

  •  De s’éclater au niveau des compos car on peut vraiment rajouter tout ce qu’on veut (ou presque) dans une base de savon au chaudron !
  • Et surtout, le savon au chaudron permet de préserver les qualités des ajouts, et notamment des ajouts fragiles.
Prenons par exemple les huiles essentielles : en saponification à froid, c’est impossible de conserver leurs propriétés car celles-ci sont tout simplement mangées par la soude lors du process de saponification.
Par contre, au chaudron, comme les ajouts sont effectués une fois la pâte entièrement saponifiée, tous les ajouts sont préservés. Les savons au chaudron sont donc de formidables savons de soin, bien plus que les savons saponifiés à froid (qui ont d’autres bienfaits, mais nous en reparlerons).

Néanmoins, comment fabriquer du savon au chaudron chez soi ? Est-ce qu’il fait avoir beaucoup de matériel (genre un énorme chaudron bien fumant), ou est-ce qu’il est possible de fabriquer du savon au chaudron simplement ?

Dans cet article, je vous dévoile les 3 techniques qui permettent de fabriquer vous-même votre savon au chaudron, ou savon saponifié à chaud.

Le bain-marie pour fabriquer des savons au chaudron avec ce qu’on a sous la main

Quand je dis ce qu’on a sous la main, je veux dire les ustensiles qu’on peut trouver dans sa cuisine ! Attention néanmoins (c’est toujours bien de le rappeler), à partir du moment où vous utilisez un ustensile pour la fabrication de savon, défense de le réutiliser ensuite pour préparer des aliments ! 😉

La méthode du bain-marie, c’est la méthode en apparence la plus simple, mais celle que je ne recommande surtout pas. Pourquoi ?

Parce que si vous parviendrez bien à avoir du savon, non seulement ça va être très long, mais votre savon va également être très moche. Si vous ne cherchez pas à obtenir un résultat esthétique, c’est la méthode qu’il vous faut (même si comme je vous l’ai dit, je ne l’utilise pas).

Ici, la pâte à savon est placée dans un becher en PEHD (indispensable pour tenir la chaleur), puis placé au bain-marie afin d’accélérer la saponification. Attention à bien surveiller car vous allez devoir remuer fréquemment pour avoir une saponification optimale.

Problème : comme la chaleur n’est pas homogène dans un bain-marie, la pâte à la surface de votre becher risque de commencer à sécher alors que celle qui est en bas sera encore chaude. Ces morceaux de pâte séchée prématurément se retrouveront dans votre produit final et seront visibles : c’est ce qu’on appelle le « nougat ». Personnellement, j’ai le nougat en horreur : c’est un des défauts les plus répandus dans la saponification au chaudron, et un des plus difficiles à empêcher.

La mijoteuse : l’arme absolue pour avoir de superbes savons au chaudron

Mijoteuse

La mijoteuse est l’outil indispensable pour fabriquer votre savon au chaudron à la maison. Le gros avantage de la mijoteuse, c’est de garantir une chaleur homogène tout au long du process de saponification.

Et grâce au couvercle, l’humidité ne s’échappe pas ce qui évite (ou plutôt limite) les risques de nougat.

Inutile de dépenser des fortunes pour l’achat de votre mijoteuse : vous en trouverez très facilement d’occasion, et à des prix très modiques (j’ai le même modèle que sur la photo, acheté sur le Bon Coin, que j’ai payé 5 euros il y a 3 ans. bref, elle est rentabilisée à fond !).

Sinon, si vous préférez acheter votre mijoteuse neuve, elle vous coûtera entre 20 et 100€ en fonction de la marque et de la contenance.

Une simple cocotte : la méthode pour les experts !

Clairement, cette méthode n’est pas accessible si vous n’avez jamais fabriqué de savon au chaudron. C’est une méthode qui nécessite de bien connaitre le processus de saponification, et une méthode dangereuse car elle nécessite de manipuler des huiles et de la soude à haute température (entre 80 et 100°C).

Ici, on utilisera de la soude en perle pour avoir une lessive de soude brûlante sans chauffe préalable. Attention, je me répète, même pour les experts, c’est protection maximale ! Lunettes et masque à cartouche pour se protéger des vapeurs sont de rigueur.

De même, gants, manches longues, blouse et pantalon pour éviter tout risque de projection.

Dans une cocotte en métal, on ajoute la lessive de soude brûlante à l’huile chauffée avant de mixer. En quelques minutes, la chaleur provoque une saponification accélérée, à savoir entre 5 et 10 minutes.

Les risques de projections et de débordements sont importants, c’est donc une méthode pour les savonniers aguerris !

Avantage, la saponification est totale est complètement homogène, ce qui permet d’obtenir une pâte fluide et sans nougat disgracieux.

C’est LA méthode qui permet d’obtenir les plus beaux savons au chaudron.

 

Si vous souhaitez vous lancer, je vous conseille vraiment de démarrer avec une mijoteuse : vous pourrez ainsi appréhender plus facilement les différentes étapes de la saponification avec moins de risques. Et rien qu’avec une mijoteuse (j’en ai personnellement 3 🤣), vous allez pouvoir commencer à fabriquer des savons extraordinaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest