Mon écologie personnelle (7/7) : Podcast – Mon bilan après 50 épisodes !

podcast mon bilan après 50 épisodes


Je vous l’avais promis, et je profite donc pour ça de ce tout dernier épisode de ma série sur mon écologie personnelle. Je vous propose aujourd’hui un petit bilan d’un mois et demi de podcast, mais avec déjà plus de 50 épisodes à mon actif ! 

Il y a 3 mois, mais après près de 2 ans de tergiversations, je décide de me lancer enfin dans l’aventure du podcast. 

Pourquoi le podcast ? 

Simplement parce que je trouve ce format particulièrement frugal : il ne nécessite pas, comme la vidéo, beaucoup de matériel, des éclairages, etc. Les gens qui vous affirment que vous pouvez vous lancer dans la vidéo comme ça, avec juste un téléphone et votre imagination, vous racontent n’importe quoi. 

Alors que pour lancer un podcast, on a besoin de très peu de choses : un ordinateur, même pas très puissant, un micro, et un bon logiciel pour enregistrer et monter les différents épisodes. 

Et ça tombe très bien car j’en connais un gratuit qui fait parfaitement le job : Audacity. 

En parallèle de cette envie d’un support simple à mettre en œuvre et léger, le podcast me plait bien parce qu’il me rappelle il y a une vingtaine d’années, lorsque j’oeuvrais à la technique d’une radio stéphanoise. 

Une expérience qui n’aura duré que quelques mois, mais suffisamment pour me donner envie de retrouver ces sensations qui m’avaient à l’époque laissé un souvenir incroyable. 

Une autre chose que j’aime beaucoup avec le podcast, c’est qu’il s’agit avant tout d’un travail d’écriture. 

Un épisode de 10 à 15 minutes nécessite l’écriture de pas moins de 1500 à 2000 mots, ce qui est loin d’être négligeable. 

Mais au mois d’octobre dernier, alors que prend réellement forme l’idée des Chemins de la Frugalité, j’ai vraiment envie de retrouver une routine d’écriture quotidienne. 

J’ai la chance de pouvoir le lever tôt, et donc d’avoir du temps avant le démarrage de ma journée de travail. 

Pourquoi ne pas consacrer ce temps à écrire ? 

Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas écrire un podcast quotidien qui serait un peu un blog très personnel au format audio ? 

Bref, après une formation express (merci YouTube), aux subtilités d’Audacity, me voilà lancé : fin décembre, je publie le tout premier épisode de mon podcast, l’épisode zéro en fait, dans lequel je présente succinctement ce que sont Les Chemins de la Frugalité. 

Un mois et demi après, et 52 épisodes plus tard, je ne regrette absolument pas mon choix : le podcast est très clairement un média qui me convient bien. 

Et ça pour plusieurs raisons. 

Mon podcast m’a permis de reprendre une vraie routine d’écriture

Et ça, c’est certainement le plus important. 

Même si l’écriture fait partie intégrante de mon travail, j’écris finalement très peu dans ma journée. 

Le problème, c’est que l’écriture est comme un muscle : plus vous écrivez, mieux vous écrivez et plus vite vous écrivez. 

Par contre, comme un muscle, l’écriture doit se travailler tous les jours pour se bonifier. 

Depuis un mois et demi, donc, j’ai écrit un peu plus de 130 000 mots pour ce podcast. 

C’est énorme, ça correspond presque à l’équivalent d’un livre. 

Clairement, je n’avais jamais écrit autant ! Mais cette routine immuable m’est devenue quasiment indispensable. 

J’écris mes épisodes tous les matins, entre 6h30 et 8h30, puis je les enregistre en fin de journée, une fois ma journée de travail terminée. 

Après 130 000 mots, je réalise que mon écriture est beaucoup plus fluide, et que je retrouve une forme d’élégance que je pensais avoir perdue après des années à écrire des contenus pour des sites internet. 

Et je me dis que si j’ai progressé ainsi pendant ces 7 premières semaines, je n’ose imaginer la manière dont j’écrirai dans 3 ou 6 mois. 

Mon podcast m’a permis de préciser mon projet, et de comprendre ce que je voulais des Chemins de la Frugalité

Quand j’ai démarré Les Chemins de la Frugalité fin décembre, j’avais une idée assez floue de mes objectifs. 

je savais en gros de quoi j’avais envie de parler, mais je ne savais pas précisément par quel bout parvenir à le prendre. 

Il fallait que je définisse un angle, et le meilleur moyen que je connaisse, ce n’est pas de réfléchir pendant des heures. 

Le meilleur moyen, c’est de produire du contenu. 

Sur ces 52 épisodes, j’ai vite ressenti que certaines thématiques, même si elles étaient liées à la frugalité, ne me faisaient vraiment pas beaucoup vibrer. 

Par exemple, je n’ai pas envie de parler d’entrepreneuriat, même si j’ai une vraie expertise dans ce domaine. 

Par contre, les thématiques liées au développement personnel me plaisent beaucoup, parce qu’elles me permettent de partager mon expérience, ainsi que les thématiques liées à l’alimentation végétale, une de mes passions avec la cosmétique naturelle depuis maintenant de nombreuses années. 

Mais ça, je ne pouvais pas le savoir AVANT de commencer. Il fallait que je teste différents types de contenus. 

Mon podcast m’a fait, et me fait encore, acquérir de nouvelles compétences

Même si je savais théoriquement comment lancer un podcast, je ne l’avais jamais vraiment fait. 

Les Chemins de la Frugalité m’ont permis d’acquérir cette expérience. 

  • J’ai dû gérer des problèmes techniques qui ont mis et mettent encore mon tout petit cerveau en ébullition. 
  • J’ai dû choisir une plateforme pour l’héberger. 
  • J’ai dû créer une identité graphique et un petit générique. 
  • J’ai dû m’intéresser au référencement sur les plateformes de podcast, et donc au référencement sur Apple Podcast qui règne sur cet univers. 
  • Enfin, j’ai découvert de nouveaux usages sur les réseaux sociaux afin de le faire connaître. 

Bref, comme apprendre de nouvelles compétences est ce qui clairement me fait avancer dans ma vie, je vous laisse imaginer le niveau d’excitation dans lequel je suis ! 

Enfin, des personnes suivent et aiment mon podcast, et ça, c’est le plus important ! 

Alors bien entendu, mon podcast n’est pas encore une locomotive ! 

Mais en un mois et demi, j’ai une moyenne de 70 à 80 auditeurs chaque jour, hors YouTube, ce que je trouve très honorable. 

Et surtout, au-delà du nombre d’écoutes, de vraies personnes m’ont laissé des avis positifs sur Les Chemins de la Frugalité, et ça, je trouve ça extraordinaire ! 

Quand on se lance dans une aventure comme celle-là, on ne sait jamais si tous nos efforts parviendront à toucher un public. 

Même si ces résultats sont encore fragiles, ils me donnent beaucoup d’énergie pour continuer. 

Prochaine étape : continuer à le faire connaître, ce qui va m’obliger à être plus présent sur les réseaux sociaux. Mon grand challenge : comment faire sans devenir esclave de ces plateformes ? C’est une vraie question que j’ai d’ailleurs traité dans l’épisode 34 de ce podcast, et mon plus grand défi pour les prochains mois. 

Voilà pour mon petit bilan à l’aune de mes 50 premiers épisodes ! J’ai hâte désormais d’arriver à l’épisode 100 pour voir comment j’ai avancé et comment se développent Les Chemins de la Frugalité. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest